Site Overlay

Administration nationale de l’espace de la Chine

Administration nationale de l’espace de la Chine (CNSA), Guojia Hangtianju chinois, organisation gouvernementale chinoise fondée en 1993 pour gérer les activités spatiales nationales. L’organisation est composée de quatre départements : Planification générale ; Ingénierie des systèmes ; Science, technologie et contrôle de la qualité ; et Affaires étrangères. Le directeur général de la CNSA est l’administrateur, qui est assisté d’un vice-administrateur. Son siège social se trouve à Pékin. La CNSA exploite trois installations de lancement : Jiuquan, dans la province du Gansu ; Taiyuan, dans la province du Shanxi ; et Xichang, dans la province du Sichuan.

Le programme spatial chinois a évolué en grande partie en secret sous le contrôle conjoint de l’armée chinoise et de la Commission des sciences, de la technologie et de l’industrie pour la défense nationale. Après la prise du pouvoir par les communistes en 1949, l’ingénieur chinois Qian Xuesen, qui avait participé à la fondation du Jet Propulsion Laboratory à Pasadena, en Californie (États-Unis), est rentré en Chine, où il est devenu la figure de proue du développement des missiles et des lanceurs chinois, tous deux dérivés à l’origine d’un missile balistique intercontinental soviétique. En 1956, Qian est nommé premier directeur de la Cinquième Académie de recherche du ministère de la Défense nationale, fondée pour développer des missiles balistiques et qui sera plus tard chargée des premières étapes du programme spatial chinois. En 1964, le programme spatial a été placé sous la tutelle du septième ministère de la construction mécanique. Le septième ministère est devenu le ministère de l’Industrie aérospatiale en 1983. En 1993, le ministère de l’Industrie aérospatiale a été scindé en une Société aérospatiale chinoise indépendante, qui supervisait la plupart des fabricants chinois d’équipements spatiaux, et la CNSA.

Voir articles connexes

Shenzhou

Agence spatiale européenne

.

Agence japonaise d’exploration aérospatiale

La Chine a développé une famille de boosters Chang Zheng (Longue Marche), qui sont utilisés au niveau national et servent de concurrents sur le marché international des lancements spatiaux commerciaux. Son développement spatial s’est concentré sur des applications telles que les satellites de communication et les satellites d’observation de la Terre à usage civil et militaire.

La Chine a lancé son propre programme de vols spatiaux habités en 1992. Le vaisseau spatial, appelé Shenzhou, qu’elle a développé pour cet effort a été modelé sur le modèle russe Soyouz qui a fait ses preuves, mais il s’est fortement appuyé sur les technologies et la fabrication développées par la Chine. Après quatre années de tests sans équipage, la CNSA a mis en orbite le premier taikonaute (astronaute) chinois, Yang Liwei, le 15 octobre 2003. La Chine est ainsi devenue le troisième pays, après l’Union soviétique et les États-Unis, à réaliser des vols spatiaux habités. La CNSA a également lancé sa première station spatiale, Tiangong 1, en septembre 2011, qui a été suivie par Tiangong 2 en septembre 2016. Le premier module de la station à trois modules, Tiangong 3, devrait être lancé en 2020. La CNSA a également commencé la série de sondes lunaires Chang’e ; en janvier 2019, Chang’e 4 est devenu le premier engin spatial à se poser sur la face cachée de la Lune.

Écrit par John M. Logsdon, professeur émérite de sciences politiques et d’affaires internationales à l’Elliott School of International Affairs de l’Université George Washington.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.