Site Overlay

Isentress

Comment fonctionne ce médicament ? Que va-t-il faire pour moi ?

Le taltégravir appartient à la classe de médicaments appelés antirétroviraux. Il est utilisé en association avec d’autres médicaments antirétroviraux pour traiter l’infection par le VIH chez les adultes et chez les enfants âgés d’au moins 2 ans et pesant au moins 7 kg.

Il agit en bloquant une enzyme, l’intégrase du VIH, dont le virus a besoin pour fabriquer davantage de virus. Lorsqu’il est utilisé avec d’autres médicaments antirétroviraux, le raltégravir aide le système immunitaire en réduisant la quantité de VIH dans le sang et en augmentant le nombre de cellules CD4 ou T.

Ce médicament ne guérit pas l’infection par le VIH ou le SIDA et ne réduit pas le risque de transmettre le VIH à d’autres personnes par contact sexuel ou par contamination sanguine.

Ce médicament peut être disponible sous plusieurs noms de marque et/ou sous plusieurs formes différentes. Un nom de marque spécifique de ce médicament peut ne pas être disponible sous toutes les formes ou approuvé pour toutes les conditions discutées ici. De même, certaines formes de ce médicament peuvent ne pas être utilisées pour toutes les conditions discutées ici.

Votre médecin peut avoir suggéré ce médicament pour des conditions autres que celles mentionnées dans ces articles d’information sur les médicaments. Si vous n’en avez pas discuté avec votre médecin ou si vous n’êtes pas sûr de la raison pour laquelle vous prenez ce médicament, parlez-en à votre médecin. N’arrêtez pas de prendre ce médicament sans consulter votre médecin.

Ne donnez pas ce médicament à une autre personne, même si elle présente les mêmes symptômes que vous. Il peut être dangereux pour les personnes de prendre ce médicament si leur médecin ne l’a pas prescrit.

Quelle(s) forme(s) prend ce médicament ?

Comprimé à croquer

25 mg
Chaque comprimé jaune pâle, rond, à face plate et à bord biseauté, portant en creux le logo Merck sur une face et  » 473  » sur l’autre, contient 27,16 mg de raltégravir sous forme de sel de potassium, ce qui équivaut à 25 mg de raltégravir. Ingrédients non médicinaux : hydroxyde d’ammonium, crospovidone, éthylcellulose 20 cP, fructose, hydroxypropylcellulose, hypromellose 2910/6cP, macrogol/PEG 400, stéarate de magnésium, mannitol, triglycérides à chaîne moyenne, glycyrrhizinate de monoammonium, arômes naturels et artificiels (orange, banane et masquant), acide oléique, phénylalanine (faisant partie de l’édulcorant artificiel, l’aspartame), saccharine sodique, citrate de sodium dihydraté, stéaryl fumarate de sodium, sorbitol, sucralose et oxyde de fer jaune.

100 mg
Chaque comprimé orange pâle, ovale, sécable, portant en creux le logo Merck sur un côté de la sécabilité et « 477 » sur l’autre côté du comprimé contient 108,6 mg de raltégravir sous forme de sel de potassium, ce qui équivaut à 100 mg de raltégravir. Ingrédients non médicinaux : hydroxyde d’ammonium, crospovidone, éthylcellulose 20 cP, fructose, hydroxypropylcellulose, hypromellose 2910/6cP, macrogol/PEG 400, stéarate de magnésium, mannitol, triglycérides à chaîne moyenne, glycyrrhizinate de monoammonium, arômes naturels et artificiels (orange, banane, et masquant), acide oléique, phénylalanine (en tant que partie de l’édulcorant artificiel, l’aspartame), saccharine sodique, citrate de sodium dihydraté, stéaryl fumarate de sodium, sorbitol, sucralose, oxyde de fer jaune, et oxyde de fer rouge.

Comprimé

400 mg
Chaque comprimé pelliculé rose, ovale, marqué « 227 » sur une face contient 434,4 mg de raltégravir potassique sous forme de sel, équivalent à 400 mg de raltégravir. Ingrédients non médicinaux : cellulose microcristalline, lactose monohydraté, phosphate de calcium dibasique anhydre, hypromellose 2208, poloaxamer 407 (contient de l’hydroxytoluène butylé comme antioxydant), fumarate de stéaryle sodique, stéarate de magnésium ; pelliculage : alcool polyvinylique, dioxyde de titane, polyéthylèneglycol 3350, talc, oxyde de fer rouge et oxyde de fer noir.

600 mg
Chaque comprimé jaune, ovale, pelliculé, portant le logo Merck et  » 242  » sur une face, contient 651,6 mg de raltégravir potassique sous forme de sel, équivalent à 600 mg de raltégravir. Ingrédients non médicinaux : croscarmellose sodique, hypromellose 2910, stéarate de magnésium, cellulose microcristalline ; pelliculage : oxyde de fer noir, cire de carnauba, hypromellose 2910, oxyde de fer jaune, lactose monohydraté, dioxyde de titane et triacétine.

Comment dois-je utiliser ce médicament ?

La dose habituelle de raltégravir pour les adolescents et les adultes est un comprimé de 400 mg, pris par voie orale, 2 fois par jour ou deux comprimés de 600 mg pris une fois par jour. La dose de comprimés à croquer pour les enfants âgés de plus de 2 ans mais de moins de 12 ans est basée sur le poids corporel de l’enfant. Ne passez pas des comprimés de 400 mg aux comprimés de 600 mg ou aux comprimés à croquer sans consulter votre médecin au préalable.

Plusieurs éléments peuvent affecter la dose d’un médicament dont une personne a besoin, comme le poids corporel, d’autres conditions médicales et d’autres médicaments. Si votre médecin a recommandé une dose différente de celles indiquées ici, ne changez pas la façon dont vous prenez le médicament sans consulter votre médecin. Il est important de prendre ce médicament exactement comme prescrit par votre médecin. La quantité de virus VIH dans votre sang peut augmenter si vous arrêtez de prendre ce médicament, même pour une courte période. Le fait de prendre ce médicament exactement comme il a été prescrit diminuera également le risque de résistance aux médicaments (c’est-à-dire que le médicament cesse d’agir pour combattre le VIH).

Si vous oubliez une dose, prenez-la dès que possible et poursuivez votre horaire régulier. S’il est presque temps pour votre prochaine dose, sautez la dose oubliée et continuez avec votre horaire régulier. Ne prenez pas une double dose pour compenser une dose oubliée. Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous devez faire après avoir oublié une dose, contactez votre médecin ou votre pharmacien pour obtenir des conseils.

Rangez ce médicament dans son emballage d’origine à température ambiante et gardez-le hors de portée des enfants. Conservez le dessiccateur dans le flacon pour le protéger de l’humidité.

Ne jetez pas les médicaments dans les eaux usées (par exemple dans l’évier ou dans les toilettes) ou dans les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien comment éliminer les médicaments qui ne sont plus nécessaires ou qui sont périmés.

Qui ne doit PAS prendre ce médicament ?

Ne prenez pas le raltégravir si vous êtes allergique au raltégravir ou à l’un des ingrédients du médicament.

Quels sont les effets secondaires possibles de ce médicament ?

De nombreux médicaments peuvent provoquer des effets secondaires. Un effet secondaire est une réponse non désirée à un médicament lorsqu’il est pris à des doses normales. Les effets secondaires peuvent être légers ou graves, temporaires ou permanents.

Les effets secondaires énumérés ci-dessous ne sont pas ressentis par toutes les personnes qui prennent ce médicament. Si vous êtes préoccupé par les effets secondaires, discutez des risques et des avantages de ce médicament avec votre médecin.

Les effets secondaires suivants ont été rapportés par au moins 1% des personnes prenant ce médicament. Beaucoup de ces effets secondaires peuvent être pris en charge, et certains peuvent disparaître d’eux-mêmes avec le temps.

Communiquez avec votre médecin si vous ressentez ces effets secondaires et qu’ils sont sévères ou gênants. Votre pharmacien peut être en mesure de vous conseiller sur la gestion des effets secondaires.

  • Douleurs abdominales
  • Douleurs dorsales
  • Toux
  • Diarrhée
  • Difficile de dormir
  • Débattement
  • Fatigue
  • Fièvre
  • Maux de tête
  • .

  • brûlures d’oreilles
  • irritations nasales et de la gorge
  • nausées
  • éruptions cutanées
  • tremblements
  • vomissements

Bien que la plupart des effets secondaires énumérés ci-dessous ne se produisent pas très souvent, ils pourraient entraîner des problèmes graves si vous ne consultez pas un médecin.

Consultez votre médecin dès que possible si l’un des effets secondaires suivants se produit :

  • diminution de la coordination
  • diminution de la concentration
  • signes d’anémie (faible taux de globules rouges ; par ex, vertiges, peau pâle, fatigue ou faiblesse inhabituelle, essoufflement)
  • signes de problèmes de coagulation (par exemple, saignements de nez inhabituels, ecchymoses, sang dans l’urine, toux de sang, saignement des gencives, coupures qui ne cessent pas de saigner)
  • signes de dépression (par exemple, mauvaise concentration, changements de poids, changements dans le sommeil, diminution de l’intérêt pour les activités, pensées suicidaires)
  • signes d’infection (par exemple, fièvre, frissons, maux de gorge, aphtes, toux)
  • signes de problèmes rénaux (par exemple, nausées, perte d’appétit, faiblesse, émission de peu ou pas d’urine, essoufflement)
  • signes de problèmes hépatiques (par exemple, nausées, vomissements, perte d’appétit, sensation de malaise, fièvre, démangeaisons, jaunissement de la peau ou du blanc des yeux, urine foncée)
  • des difficultés d’élocution
  • une faiblesse, une sensibilité ou une douleur musculaire inexpliquée

Cessez de prendre le médicament et consultez immédiatement un médecin si l’une des situations suivantes se produit :

  • une douleur thoracique sévère
  • des signes d’une réaction allergique grave (par ex.g., crampes abdominales, difficulté à respirer, nausées et vomissements ou gonflement du visage et de la gorge)
  • signes d’une réaction cutanée grave (par exemple, cloques, desquamation, éruption couvrant une grande partie du corps, éruption s’étendant rapidement ou éruption associée à de la fièvre ou à un malaise)

Certaines personnes peuvent présenter des effets secondaires autres que ceux mentionnés. Consultez votre médecin si vous remarquez un symptôme qui vous inquiète pendant que vous prenez ce médicament.

Y a-t-il d’autres précautions ou avertissements pour ce médicament ?

Avant de commencer à prendre un médicament, assurez-vous d’informer votre médecin de toute condition médicale ou allergie que vous pourriez avoir, de tout médicament que vous prenez, si vous êtes enceinte ou si vous allaitez, et de tout autre fait important concernant votre santé. Ces facteurs peuvent affecter la façon dont vous devez prendre ce médicament.

Syndrome d’hypersensibilité : Une réaction allergique grave appelée syndrome d’hypersensibilité est survenue chez certaines personnes lors de l’utilisation du raltégravir. Cette réaction implique un certain nombre d’organes du corps et peut être fatale si elle n’est pas traitée rapidement. Arrêtez de prendre le médicament et consultez immédiatement un médecin si vous présentez des symptômes d’une réaction allergique grave, notamment de la fièvre, des glandes enflées, un jaunissement de la peau ou des yeux, ou des symptômes pseudo-grippaux avec éruption cutanée ou formation de cloques.

Syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire : Ce médicament peut provoquer un syndrome inflammatoire de reconstitution immunitaire, où des signes et des symptômes d’inflammation provenant d’infections antérieures apparaissent. Ces symptômes apparaissent peu de temps après le début du traitement anti-VIH et peuvent varier. On pense qu’ils sont le résultat de l’amélioration du système immunitaire et de sa capacité à combattre les infections (par exemple, la pneumonie, l’herpès ou la tuberculose) qui étaient présentes sans symptômes. Signalez immédiatement tout nouveau symptôme à votre médecin.

Douleurs musculaires : Occasionnellement, le raltégravir provoque une dégradation des tissus musculaires, ce qui peut être fatal. Signalez tout symptôme de douleur musculaire sévère et inexpliquée à votre médecin dès que possible.

Phénylcétonurie (PCU) : Les personnes atteintes de phénylcétonurie, un trouble où le corps ne peut pas décomposer l’acide aminé phénylalanine, ne doivent pas utiliser les comprimés à croquer. L’édulcorant artificiel contenu dans les comprimés à croquer contient de la phénylalanine et sera nocif pour une personne atteinte de PCU.

Réactions cutanées : Le raltégravir peut provoquer des éruptions cutanées ou des démangeaisons avec ou sans éruption. En de rares occasions, les personnes prenant du raltégravir présentent une réaction cutanée grave qui peut mettre la vie en danger. Si vous présentez une éruption cutanée qui s’aggrave, ou qui se transforme en cloques ou en plaies sur les lèvres ou les yeux, ou qui couvre une grande surface du corps, contactez immédiatement votre médecin.

Grossesse : Il n’existe pas d’études évaluant l’utilisation de ce médicament par les femmes enceintes. Ce médicament n’est pas recommandé pendant la grossesse. Si vous devenez enceinte pendant que vous prenez ce médicament, contactez immédiatement votre médecin.

Allaitement : On ne sait pas si ce médicament passe dans le lait maternel. Cependant, l’allaitement n’est pas recommandé pour les femmes séropositives puisque le virus peut être transmis au bébé par le lait maternel.

Enfants : La sécurité et l’efficacité de l’utilisation de ce médicament n’ont pas été établies pour les enfants de moins de 2 ans.

Quels autres médicaments pourraient interagir avec ce médicament ?

Il peut y avoir une interaction entre le raltégravir et l’un des éléments suivants :

  • hydroxyde d’aluminium
  • bezafibrate
  • carbonate de calcium
  • étravirine
  • fénofibrate
  • fosamprénavir
  • gemfibrozil
  • sels de magnésium (par ex.g., citrate de magnésium, sulfate de magnésium)
  • orlistat
  • inhibiteurs de la pompe à protons (par exemple, lansoprazole, oméprazole)
  • rifabutine
  • rifampine
  • médicaments anti-cholestérol « statines » (par exemple, atorvastatine, lovastatine, simvastatine)
  • tipranavir
  • zidovudine

Si vous prenez l’un de ces médicaments, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Selon votre situation particulière, votre médecin peut vous demander :

  • d’arrêter de prendre l’un des médicaments,
  • de remplacer l’un des médicaments par un autre,
  • de modifier la façon dont vous prenez l’un des médicaments ou les deux, ou
  • de tout laisser tel quel.

Une interaction entre deux médicaments ne signifie pas toujours que vous devez arrêter de prendre l’un d’eux. Parlez à votre médecin de la façon dont les interactions médicamenteuses sont gérées ou devraient être gérées.

Des médicaments autres que ceux mentionnés ci-dessus peuvent interagir avec ce médicament. Informez votre médecin ou votre prescripteur de tous les médicaments sur ordonnance, en vente libre (sans ordonnance) et à base de plantes que vous prenez. Informez-le également de tous les suppléments que vous prenez. Étant donné que la caféine, l’alcool, la nicotine des cigarettes ou les drogues illicites peuvent affecter l’action de nombreux médicaments, vous devez informer votre médecin si vous les utilisez.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.